top of page
Rechercher
  • Administrateur

Le discours de Catherine


Bonjour à toutes et à tous


Un grand merci d’être là pour cet après midi de fête !


C’est une grande émotion pour nous de revoir des personnes que nous n’avons pas vues depuis longtemps, cela fait vraiment très plaisir.


On m’a demandé de retracer rapidement les 20 ans de l’ ASSEDA…

alors voilà ..

en 2001, à la messe de l’église saint Martin, le groupe du comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) avait fait une intervention pour le soutien de projets de développement en Afrique… A la sortie, un homme s’avance vers nous et nous dit : oui l’Afrique c’est bien, mais c’est loin ….savez vous que nous sommes plusieurs réfugiés ici à Oullins, au foyer Adoma ? Nous ne le savions pas … Cet homme c’était Freddy (que nous excusons aujourd’hui car il travaille mais Mauricette sa femme est là ! )

Et c’est comme ça que tout a commencé !

Rencontre avec les demandeurs d’asile, rencontre avec les travailleurs sociaux, réunions pour définir les priorités : faire en sorte que ces personnes, ces familles se sentent bien à Oullins, et les aider à s’intégrer, à l’école pour les enfants, à connaître la France, et à la fois apprendre d’eux, de leur histoire, de leur pays et de leurs habitudes, et partager nos savoirs réciproques.. de là, choisir le nom de l’association -Association de Soutien et d’Echanges avec les Demandeurs d’ Asile -qui a été déclarée au journal officiel le 31 octobre 2001..

Au début, nous disposions d’un local à l’intérieur du Foyer où nous avions nos habitudes : cuisine et fêtes dans les étages, permanences tous les mercredi, cours de français, aide matérielle et on travaillait bien avec les travailleurs sociaux. On essayait d’interpeller les politiques pour faire avancer des dossiers, et des fois ça marchait !

On faisait des sorties, des activités et nous étions liés à l’association SEELO sur l’école Ampère ..

On a fait des ateliers cuisine, on a même fait un premier livre en 2012 et un autre va bientôt paraître !

Puis la direction du foyer a changé, les directives d’en haut aussi, partant du principe que s’ils sont intégrés, les demandeurs d’asile ne veulent pas repartir si l’asile leur est refusé. Plus de local, plus de permanence, plus le droit d’aller dans les étages..

Les familles que nous suivions à l’époque ont obtenu leurs papiers et nous étions en « sommeil ».. jusqu’au jour où le village mobile en 2013-2014 a réveillé notre vigilance et notre intérêt pour ces familles…

À l’été 2015, une famille de 3 enfants de l’école Ampère s’est retrouvée à la rue, et a été accueillie dans une famille Oullinoise, puis dans 3 familles dans le cadre d’un accueil citoyen.

En même temps 3 autres familles ont été renvoyées du foyer, ce qui n’était pas acceptable : nous avons alors occupé l’ école Ampère avec les parents d’élèves: on dormait à l’école sur les tapis de gym, on rangeait tout avant l’arrivée des élèves et ça a duré 3 mois ; on pensait que l’état les logerait rapidement ...or non, pas du tout, et aux vacances scolaires il a fallu trouver d’autres solutions... en accueil citoyen.

Des liens très forts se sont créés.

Et quand en 2016 le directeur de l’école Jean Macé nous apprend qu’une élève dort dehors, l’ ASSEDA a continué l’accueil citoyen et a accompagné de très belles initiatives d’accueil chez les parents d’élèves… et nous avons alors commencé le loyer solidaire ! Pour cela, nous sommes en lien avec les paroisses catholiques et protestantes mais nous restons une association laïque .


La mairie ne nous prête pas de local, denrée rare paraît il… mais nous avons pu reprendre des permanences dans les salles de la communauté saint Viateur qui nous permet toutes les semaines de nous réunir, et ça c’est formidable . On peut parler, prendre le café, jouer, cuisiner, bricoler (les décorations de la salle sont l’oeuvre des dernières permanences (Mevlude, Lila, Elmira, Aby, Fatiha ), un moment qu’on aime bien ! C’est là que nous faisons nos fêtes aussi..


Les activités ont changé en 20 ans, et les priorités aussi...

mais ce qui n’a pas changé, ce sont les relations d’amitié qui se nouent, les échanges et les partages des bons et moins bons moments, le plaisir de se retrouver, et pour ma part, l’immense admiration que j’ai pour ces personnes qui vivent des choses si difficiles mais qui sont quand même là, souriantes et courageuses.

Les anciennes familles qui vont bien, car elles ont eu leurs papiers, vont donner la force de l’exemple aux nouvelles qui aussi s’en sortiront , nous voulons le croire..à nous de les aider à surmonter tout ça ! Et un immense merci à tous nos donateurs, ponctuels ou réguliers , sans qui nous ne pourrions rien faire.


Alors , nous allons faire la fête ensemble !

Nous soufflerons tout à l’heure les bougies de ce magnifique gâteau collectif (pour éviter la covid, rassurez vous , on soufflera sur un faux gâteau , et on mangera le vrai sans risque !!!)


Mais avant, place à Isni qui voudrait vous dire un poème, puis à Robbas qui va nous faire rêver avec ses histoires !!

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page